Entrepreneuriat :
Portrait d’une
nouvelle génération

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la récente pandémie a eu un impact marquant sur le monde du travail. Si certaines entreprises ont été frappées durement, d’autres ont su se réinventer et s’adapter aux nouvelles réalités. Et pour certains entrepreneurs, la crise a même ouvert un monde de possibilités.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la récente pandémie a eu un impact marquant sur le monde du travail. Si certaines entreprises ont été frappées durement, d’autres ont su se réinventer et s’adapter aux nouvelles réalités. Et pour certains entrepreneurs, la crise a même ouvert un monde de possibilités.

Plusieurs études ont démontré que la pandémie avait ralenti les nouveaux investissements, mais qu’une réalité étonnante avait émergé : c’est chez les jeunes entrepreneurs (18-35 ans) que le désir de se lancer en affaires demeurait le plus fort. Il faut dire que plusieurs jeunes salariés ont remis en question leur rapport au travail durant la pandémie, au point de quitter leur emploi pour tracer leur propre voie.

Tu voudrais faire le saut et lancer ta propre entreprise, mais tu n’es pas sûr que c’est le bon moment? Tu voudrais savoir quels sont les risques? « Risque n'est pas le bon terme sur le plan technique: l'entrepreneuriat demande de naviguer l'incertitude, pas le risque », corrige Denis Grégoire, professeur titulaire au département entrepreneuriat et innovation du HEC. Donc, si tu as un projet auquel tu crois vraiment et que tu veux apprendre à dompter l’incertitude, des personnes-ressources chez Desjardins sont là pour en discuter. Avec des programmes comme le Microcrédit Desjardins aux entreprises, tu peux aller chercher du financement, bien sûr, mais aussi un véritable accompagnement de la part de professionnels qui ont ta réussite à cœur.

Génération techno 

L’un des plus grands avantages de la jeune génération d’entrepreneurs, c’est sa maîtrise des outils technologiques qui sont au cœur de la démarche de plusieurs jeunes pousses. « Tant qu'il y a des avancées scientifiques et technologiques, on a des chances que quelqu'un quelque part imagine de nouvelles façons de faire les choses qui vont résulter en progrès sur les plans économiques et sociaux », explique le professeur Grégoire, qui estime que la technologie a aidé à rendre l’entrepreneuriat plus accessible. « Par exemple, il y a maintenant des outils informatiques de gestion de projet, de traitement des paiements, de gestion des ressources humaines, de planification, de génération d'idées, etc. qui peuvent potentiellement faciliter la réalisation de quantité de tâches que les entrepreneurs doivent réaliser. »

Les nouvelles technologies ont aussi permis l’émergence d’entreprises innovantes, notamment à Montréal et à Québec, plaques tournantes du jeu vidéo et de l’intelligence artificielle. Les jeunes entrepreneurs devraient-ils privilégier ces secteurs? « Je suis un peu biaisé car l'essentiel de mes activités d'enseignement de l'entrepreneuriat vise des projets mobilisant les avancées en intelligence artificielle », précise Denis Grégoire. « C'est un domaine prometteur, ce qui ne veut pas dire que les gens doivent absolument s’y lancer. Il faut se poser la question : est-ce que j'ai ce qu'il faut pour avoir une chance de tirer mon épingle du jeu en me lançant dans ce domaine-lài? »  Voilà le genre de question qui mérite réflexion. Il ne suffit pas d'être un gamer assidu pour mettre en marché un jeu vidéo!

Oser foncer

On l’a dit, la pandémie a forcé bien des jeunes à repenser à leur avenir professionnel, et l’entrepreneuriat, bien qu’il ne soit pas fait pour tout le monde, offre la possibilité de réinventer la manière de concevoir sa vie professionnelle pour mieux profiter de la vie en général. Car le bien-être, ça compte. Lorsqu’on lui demande quelles seraient les qualités essentielles pour lancer son entreprise, Denis Grégoire n’hésite pas : « Ma réponse première va vous surprendre : la santé! », lance Denis Grégoire.  « Parce que se lancer en affaires n'est pas toujours facile. Ça va prendre de l'énergie, de la persévérance, de la motivation...  Or sans une bonne santé – et par extension, un bon équilibre de vie, des relations saines avec ses proches, etc., ça va être encore plus difficile. »  Investir en soi, c’est toujours payant!