Accessibilité

Kent Nagano et l'OSM, les retrouvailles

Du récit de voyage de Mendelssohn au cœur tourmenté de Schumann, le romantisme allemand bat son plein avec l'OSM sous la baguette de Kent Nagano. Après l'ouverture «Les Hébrides», où Mendelssohn dépeint avec fougue et lyrisme ses souvenirs des îles écossaises, nous serons transportés dans l'âme visionnaire de Schumann à travers sa Symphonie no 2, oscillant entre joie et résignation.

Vous aimerez aussi